SOCIETE DES VOLONTAIRES

LIBERATION DE LA PROVENCE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LIBERATION DE LA PROVENCE

Message par william durand le Sam 27 Juin - 12:28

LIBÉRATION DE LA PROVENCE
AOUT / SEPTEMBRE 1944
Le principe de l'ouverture d'un second front en Europe avait été arrêté lors de la Conférence de Téhéran en novembre 1943.
Les objectifs alliés pour 1944 consistaient en une double action visant à prendre l'armée allemande en tenaille d'une part à l'Est par l'accentuation de l'armée soviétique ,d'autre part à l'Ouest par des assauts à l'ouest et au sud de la France pour converger vers la frontière allemande.
Le 24 juillet 1944 à minuit ,le général JUIN transmit le commandement du CEF en Italie au général de LATTRE.
Sous les ordres de son nouveau chef ,les divisions du CEFI formèrent l'Armée B avec l'apport de la 9° DIC (qui venait de s’emparer de l'Ile d’Elbe) des 1° et 5° DB (toujours en AFN) ainsi qu'un certain nombre de régiments de toutes armes et de services non endivisionnés.
Contrairement aux opérations menées en Normandie ,il a été décidé que les troupes françaises seraient associées aux troupes US dès le premier jour du débarquement.Celui-ci a été minutieusement préparé par les EM alliés.L'éloignement des zones de débarquement des ports d'embarquement en Italie ,en Corse ou en Algérie ,le peu de temps laissé aux bâtiments de toute nature pour passer des opérations  sur les cotes de Normandie à celles de Provence ,les préoccupations logistiques rendaient l'entreprise difficile.
L'ennemi conscient de l'éminence d'un nouveau débarquement avait effectué de gros travaux de défense.Compte tenu de l'évolution de la situation sur le front de l'ouest de la France le commandement allemand avait pris ses dispositions pour ne consacrer que peu de troupes à la défense des places fortes autour des deux principaux ports qu'étaient Toulon et Marseille.Ses réserves étaient maintenues à proximité des nœuds de communication de manière à pouvoir agir par des contre attaques.
Dans la nuit du 14 au 15 aout des détachements aéroportés US et anglais guidés par des français sont largués dans la région du Muy pour bloquer la RN7.Des commandos français neutralisent les voisinages du Cap Nègre et de Théoule.
Aux premières heures de la matinée du 15 aout le VI°CA US (3°-36°-45°DI) débarque sur les plages entre Cavalaire et St Raphaël et établit une tête de pont.Les troupes US ne disposent que de bataillons de chars destroyers adaptés à chacune des DI.L'appui des blindés viendra de la 1° DB;
Le CC2/1°DB et une partie du 2° RSAR sont débarqués dans le courant de l'après midi du 16.
La 3° DIA (moins le 4° RTT) débarque aussi le 16 aout dans la soirée.
La 1° DFL est mise à terre les 16 et 17 aout ainsi que le CC2.
Enfin la 9° DIC venant de Corse débarque à partir du 18.
La plupart des effectifs prévus en 1° échelon malheureusement privés d'une partie du matériel est en place le 18.Le regroupement est pratiquement terminé le 19.
L'ensemble des forces alliées est placé sous le commandement du général PATCH qui commande la 7° armée US et qui dispose du VI°CAUS (Gal TRUSCOTT) et de l'armée B (Gal de LATTRE).
L'objectif des forces alliées se résume en deux points:
_reconquérir le plus rapidement possible Toulon et Marseille dont les installations portuaires sont indispensables après remise en état pour assurer le soutien logistique ,cette mission sera confiée aux français
_couvrir les troupes française engagées le long du littoral en progressant en vue de couper la route de la retraite aux allemands d'une part le long de la vallée du Rhône ,d'autre part en direction de Grenoble via la frontière suisse.Les divisions US sont en charge de cette mission.La supériorité aérienne est totale.
En prenant la décision de brusquer l'attaque du camp retranché de Toulon et de conduire la manœuvre avec les seuls moyens à pied d’œuvre ,le général de Lattre va jouer son va tout en prenant une résolution historique.
Décision audacieuse et lourde de risques étant donné la faiblesse des moyens dont il dispose :
_1 groupement tactique de la 3°DIA.
_9° DIC
_1° DFL
_1 groupement blindé de la 1°DB avec des éléments du 2° RSAR.
Moins de 15 000 français vont se heurter à plus de 30 000 allemands bien retranchés qui ont ordre de tenir jusqu'au bout.
Les français rivalisent d'ardeur ,leur moral est excellent,les coloniaux veulent mettre un point d'honneur à reconquérir leur ville de garnison d'avant guerre.
Le général de Lattre rentre dans la ville le 24 alors que les combats ne sont pas terminés.Le 26 la place de Toulon est entièrement nettoyée.
Durant ce temps venant d'Italie la 2° DIM et le restant de la 3° DIA débarquent à partir du 25.
Alors que l"étau se resserrait sur Toulon sous l'impulsion du général de MONSABERT ,l'ensemble des troupes disponibles (7° RTA,1° ,2° et 3° GTM,2° Cuirassiers) se porte en direction de Marseille qui est défendue par plus de 17 000 allemands.
Les renseignements fournis par la Résistance ,l'aide apportée par les FFI confortent la détermination des chefs et soutiennent les combattants.L'adversaire n'a pas le temps de se ressaisir ,d'organiser sa défense de manière à ce que son enlèvement de vive force devienne une question de semaine ,voire de mois.
Le 28 au matin la garnison capitule.Dans l'après midi une prise d'armes sur le Vieux Port met un terme à 13 jours de combats.Les prévisions de l'EM US prévoyait la chute de Toulon à J+20 ,celle de Marseille à J+40.
Victoire payée par 1513 tués et près de 5393 blessés.Les pertes de la 1° DFL s'élevaient à 299 tués et 692 blessés ,celles de la 9° DIC à 215 tués et 876 blessés.
Avec 2 escadres de chasse comprenant chacune 3 groupes ,avec 4 groupes de bombardiers moyens ,avec un groupe et une escadrille de reconnaissance ,l'armée de l'air fut présente suer ce théâtre d'opérations et ce bien souvent avant les opérations de débarquement.
Sous le commandement du contre amiral LEMONIER ,la marine appuya de ses feux les opérations terrestres.Un cuirassier ,6 croiseurs ,3 croiseurs légers ,5 torpilleurs ,4 destroyeurs d'escorte ,6 avions ,2 bâtiments de transport ,3 pétroliers constituèrent la flotte de soutien sans omettre une flottille et une escadrille de l'aéronavale.
Sans attendre la fin des engagements sur le littoral ,le général de Lattre donne aux unités sous ses ordres et disponibles l’ordre de pousser en direction du Rhône ,le franchir ,se rabattre vers le nord ensuite pour participer à la conquête de Lyon sans négliger de s'assurer en direction du Languedoc.Cette mission sera confiée à un groupement aux ordres du général VIGIER commandant la 1° DB qui dispose de ses deux CC et du 2° RSAR ainsi que de la 1° DFL renforcée du 8° RCA.L'ordre de progresser sur l'axe Sisteron ,Bourg ,Besançon est confié à la 3° DIA avec le GT3.
L'ordre de relever les unités du VI° CA US dans les Alpes ,confié à la 2° DIM.
Cette triple mission donne naissance à 3 manœuvres simultanées qui seront contrariées par des problèmes de ravitaillement en carburant en raison de la situation née d'une avance sur toutes les prévissions initiales.
Sur la Durance et le Rhône les destructions des ponts résultant soit de bombardements soit de destructions de l'ennemi freinent les progressions d'autant que les moyens lourds du Génie n'étaient pas prévus si tôt.
Avignon est atteint le 26 par le groupement LECOCQ ,Nîmes et Montpellier sont reconnues le 29 par le groupement SIMON.Le Rhône est franchi ,le long de la rive droite du fleuve la progression vers St Étienne ,Lyon et Dijon est menée en fonction du ravitaillement.
Lyon évacué par les allemands est libérée le 3 septembre par la 1° DFL.
Les 11 et 12 septembre divers contacts sont pris entre les forces venues de Normandie et celles de Provence.Il n'y a plus qu'un front de 800 km.
Dans le Doubs le GT3 de la DIA était à Nantua le 1er septembre.
A Marseille durant ce temps la base N° 901 support logistique des Forces Françaises est opérationnelle à partir du 8 septembre.Le premier cargo US peut accoster à partir de cette date.
Le CC3 de la 1° DB arrive en métropole les 9 et 10 septembre.A Toulon le 13 septembre la Flotte fait son entrée.A partir du 14 c'est la 4° DIM qui débarque dans le sports méditerranéens suivie de la 5° DB.
Le 25 septembre ,l'armée B prend l'appellation de 1° Armée française ,elle est intégrée dans le VI° Groupe d'armées sous commandement du général DEVERS.

13 874 tués ,42 256 blessés ,7885 accidentés,9347 évacués pour gelures ,36 143 hospitalisés pour maladie tel fut le bilan humain payé par la 1° Armée française au cours de l'épopée Rhin et Danube.
Suivra la libération de Marseille aout 1944
william

william durand

Messages : 1974
Date d'inscription : 18/03/2012
Age : 74
Localisation : TREBES AUDE

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum