SOCIETE DES VOLONTAIRES

OPEX ORYX /RESTORE HOPE / ONUSOM en SOMALIE 1992/93

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

OPEX ORYX /RESTORE HOPE / ONUSOM en SOMALIE 1992/93

Message par william durand le Sam 31 Oct - 10:14

OPEX ORYX / RESTORE HOPE / ONUSOM EN SOMALIE 1992/93

La résolution 794 de l'ONU adoptée début décembre 1992 autorise l'exécution d'une opération de police internationale avec recours à la force pour obtenir les conditions de sécurité nécessaire à l'acheminement de l'aide humanitaire,l'OPEX RESTORE HOPE débute.ORYX est la composante française (3 décembre 1992).
7 décembre 1992
La France décide de participer avec 2000 hommes à l'intervention en Somalie sous les ordres du général DELHOMME ,adjoint au commandant de la 9° DIMa.
Le COS met en alerte des équipes du 1er RPIMa ,les CRAP du 1° RHP et du 35° RAP ,des commandos marine de Jaubert et des nageurs de combat du commando Hubert.Les 120 éléments seront incorporés dans les deux bataillons français.
Le 8 décembre la compagnie tournante du 2° REP arrive par voie aérienne
9 décembre 1992
A 0h40 de Mogadiscio ,les premiers Marines US viennent de débarquer.
Le lendemain ,150 hommes du 2° REP (3° Cie du Cne MERCURY) et du 5° RIAOM débarquent dans la capitale ,atterrissent ensuite 850 hommes du 5° RIAOM et de la 13° DBLE (une Cie du 3° RIMa ,des transmetteurs du 28° RT ,des sapeurs du 6° REG et 2° RG).
Les troupes françaises doivent se déployer vers le sud et le centre du pays entre Mogadiscio ,Kismayo et Bardera ,Baidoa ,Hoddur .Elles doivent réparer ou agrandir les pistes d'atterrissage ,construire ou réparer les routes ,préparer les ports.
Le 15 décembre une compagnie sur VAB du 3° RIMa arrive par mer et la logistique pour Noël.
24 décembre 1992 ,la3/6° REG quitte Toulon pour débarquer à Mogascio le 31 ,ses trois sections de déminage seront sur Wajid,Tayeeglon et Oddur
Le 25 décembre 1992 ,les français atteignent Hoddur.Les 13 Gazelle et les 10 Puma du 5° RHC doivent transporter la logistique (4° RMAT ,602° RCR et 511° RTrain) et surveiller la frontière éthiopienne.
A partir du 25 décembre ,400 légionnaires de la 13° DBLE forment le bataillon Bravo (colonel PEREZ) ,le 5° RIAOM forme le bataillon Alpha.La 13 comprend une UCS ,la CEA.
12 décembre 1992

Les membres du COS embarquent avec leurs P4 armées de 12,7mm à bord de C130 pour Djibouti et le 14 ils sont à Mogadiscio intégrés à la force et se dirigent vers Baidoa atteinte le 16 décembre .Deux équipes du 13° RDP sont aussi intégrés à cette force.L'installation se fait sur l'aéroport un convoi humanitaire rentre dans la ville.
Au cours du déplacement ,des photos indiquent un dépôt qui est investi par des éléments internationaux ,les légionnaire ,le COS et le 13° RDP.Des véhicules 4X4 équipés d'armes lourdes sont saisies ainsi que des armes AC.
Le 17 décembre 1992, le Dupleix remplace le Georges Leygues.La composante française se met en place à partir de 11h30
Le 24 décembre les premiers renforts arrivent de métropole à Mogadiscio
Janvier 1993
A partir de la première semaine de janvier dans le cadre de l'opération ORYX il y a 2454 hommes sous les ordres du général DELHOMME avec:
_2 bataillons motorisés ,un de 610 hommes ,l'autre de 530 (1/5° RIAOM ,3/2° REP ,3° et 4°/3° RIMa,CEA/13°DBLE, 4°escadron/5° RIAOM)
_DETSOUT de 380 hommes de la BL/FAR
_détachement de soutien et EM soit 150 hommes de Djibouti et FAR
_détachement des FS de 120 hommes du 1° RPIMa et du 13° RDP avec le commando Hubert (rentré en France mi janvier)
_DETGEN du 17° RGP
_DETALAT de 250 hommes avec 10 Puma et 12 Gazelle du 5° RHC (Col Jean ROCHE)
_DETTRANS de 48 hommes du 28° RT
_détachement de transport de 240 hommes du 511° RTrain
_éléments de la BOMAP ,du RLA et 200 hommes de la base portuaire de Mogadiscio
_la frégate Georges Leygues , le TCD Foudre ,le batral La Grandière et le ravitailleur Var.
Le COS rentre le 7 janvier suivi fin février du 5° RIAOM et du 5° RHC qui conserve la moitié de ses effectifs et de ses appareils.Le 1ER mai il ne reste que 1100 hommes
Le PC se trouve à Hoddur avec le COS, le détachement de soutien logistique ,les 3° et 4° /3°RIMa (Lcl VAUTREY) la 3/6° REG et en janvier une antenne médicale et chirurgicale avancée.
La 13° DBLE est à Wadjd (colonel Jean Pierre PEREZ)  avec la 3/13° DBLE et la 3° ,CEA,et SML/2° REP plus une section de la 3°/6° REG ,des éléments santé ,du 1° REC et le 511° RT soit 550 hommes .Mission ,renseigner ,dépolluer ,escorter les convois d'aide humanitaire.
Le 5° RIAOM se trouve à Tiyeglo avec le 3° escadron et 12ERC Sagaie ,la 1° Cie et l'USC ainsi que des renforts du 9° RCS,du 10° BCS ,du service de santé soit 350 hommes avec pour mission ,reconnaissance de zone ,dépollution de la région ,renseignement ,remise en état des puits et assistance médicale.
La base aéroportuaire est à Modigascion avec deux brigades de gendarmes mobiles (Cne BAYART)
18 mars 1993
Arrivée de la 1/9° RCP dans le cadre de l'opération ORYX puis ONUSOM
13 avril 1993
1100 français sont en place dont 400 des Forces de Djibouti et 700 de la FAR (mars à juillet ,11° DP et juillet à décembre 27° DA).
De décembre 1992 à avril 1993 ,les français accomplissent des controles d'axes ,des patrouilles ,des opérations héliportées ,de la récupération d'armement ,des destructions de munitions et d'explosifs.
1er mai 1993
ORYX est passé de 1600 à 1100 hommes et ONUSOM II prend le relais.Ces casques bleus en majorité du 5° RIAOM aux ordres du général QUADRI resteront dans la province de Baidoa.
Deux soldats français ont trouvé la mort lors d'un accident
5 juin 1993
Une unité pakistanaise de l'ONU est massacrée à Mogadiscio ,les unités françaises sont mises en alerte et le 9 juin ,l'ordre de départ est donné à un sous groupement aux ordres du colonel de SAQUI DE SANNES ,chef de corps du 5° RIAOM avec deux sections sur VLRA et un peloton d'ERC Sagaie soutenues par un groupe du 17° RGP et la 1/9° RCP sur VAB (Cne BARTHLEN).
Il est décidé de neutraliser le potentiel militaire du général AIDID ce qui entraine la mise en alerte des unités françaises du bataillon français en Somalie.
Dans la capitale ,évacuation de l'ambassade de France ,récupération de ressortissants français ,escortes de convois ,reconnaissances.
Du 12 au 17 ,les raids aériens se succèdent menés par les hélicoptères et des bombardiers AC 130 ,le sous groupement détruit un centre de transmissions.C'est la phase de préparation ,le sous groupement est engagé dans une série de missions offensives comme la récupération  et la fouille d’entrepôts suspects.
17 juin 1993
Dès 2h00 ,les bombardiers écrasent les positions des rebelles et à 5h00 le sous groupement se déploie en réserve au nord pour interdire le franchissement de l'avenue du 21 octobre..Les pakistanais décrochent ,puis les marocains sont encerclés avec leur commandant tué et de nombreux blessés.A 8h30 ,il faut faire vite ,un premier élément (un peloton ERC du 5° RIAOM , le VAB du capitaine du 1/9° RCP ,la 1° section de la 1/9° du Ltn NIVELET et un groupe du 17° RGP de l'Adj BOULAIN) est envoyé en renfort sur place ,les Puma canon de 20 et les Gazelle Hot du 5° RHC donnent les renseignements,le contact est pris de tous les cotés ,trois snipers sont mis hors de combat par un tireur d'élite dela 1) section.
A 10h le deuxième échelon reçoit ordre de s'engager avec la 2° section/1°/9°RCP et les VLRA du 5° RIAOM (Cne DELABBEY) ,sa mission ,tenir un carrefour clé en cas de décrochage du 1° échelon.Le sergent HOFFE est blessé à la mainune balle lui perce le casque sans le toucher mais il est sonné et est évacué par VAB sanitaire .La foule s'est retirée c'est l"embuscade sur 360° ,des roquettes de RPG 7 sont tirées sans toucher les VAB ,des armes lourdes également exercent des tirs sur les véhicules ,les deux sections ripostent ,il y a deux blessés aux VLRA du 5°
,évacués à leur tour.
Il faut reprendre l'initiative ,aux ordres du chef de bataillon de BONNEMAISON ,les VAB pénètrent dans l'enceinte de l’hôpital pour appliquer des feux meurtriers ,les parachutistes débarquent et à pied investissent les maisons et baraquements restants ,des cadavres jonchent le sol ,une trentaine, des armes sont abandonnées.Le combat a duré 3h ,les sections tombent en garde ,à 18h le secteur est nettoyé.
Octobre 1993
La brigade de Baidoa est aux ordres du général QUADRI (ancien C1 du 6° RPIMa) ,elle comprend un bataillon français interarmes, un bataillon marocain , un groupement motorisé à quatre éléments ,un escadron d'AML ,une unité humanitaire grecque et un bataillon du Zimbabwe.Elle couvre la province du Bay ,du Bakol et le district du Bas Chebele ,soit 70 000km².
Les soldats français ont ouvert en plus d'un mois 1000km de piste ,détruit 3657 mines et 81 tonnes de munitions ,saisi 50 armes lourdes et 265 armes individuelles.Le personnel de santé a prodigué plus de 10 000 consultations médicales et une centaine d'interventions chirurgicale d'urgence.
Le contingent français est passé de 1600 à 1100 hommes
du 26 juillet au 15 décembre 1993: un EM de secteur de 86 hommes de la 27° DIM
un bataillon interarmes la 13° DBLE avec le colonel PEREZ une compagnie de commandement à 96 ,la compagnie logistique à 224 de la BLFAR, un détachement ALAT à 155 avec6 Puma ,2Gazelle de reconnaissance, 2 Gazelle appui protection ,2Gazelle AC du 1° RHC renforcé
un peloton ERC Sagaie à 27 ,2 compagnies motorisées sur VLRA soit 276 hommes ,une compagnie motorisé sur VAB à 136 du 6° BCA, une compagnie du génie à 63 du 2°RG.

si possible d'autres infos ultérieurement
william


Dernière édition par william durand le Dim 9 Juil - 17:06, édité 1 fois (Raison : mise à jour le 9 juillet 2017)

william durand

Messages : 1976
Date d'inscription : 18/03/2012
Age : 74
Localisation : TREBES AUDE

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum