SOCIETE DES VOLONTAIRES

OPERATION BENSON

Aller en bas

OPERATION BENSON

Message par DESBIENDRAS le Mar 27 Juin - 14:11

A proximité de mon domicile, prés de ST JUST EN CHAUSSEE -Oise- se trouve une petite stèle à la mémoire des soldats de l'opération ""BENSON"". Cette opération, peu connue, a pourtant été d'une grande importance dans la libération des départements du nord de la France à la fin du second conflit mondial. Je vous en propose l'histoire.



A la fin d'août 1944, pour les Allemands la situation se dégrade sans cesse. Les unités présentes dans le département de l'Oise sont très affaiblies, il s'agît des restes des divisions de la bataille de Normandie et des rescapés de la poche de FALAISE. Il s'agît de reconstituer un front au Sud de la Somme pour freiner l'avance des alliés vers la Belgique. C'est le sens des instructions du Généralfeldmarschall Walter MODEL. Le front reconstitué est placé sous le commandement du chef de la 5ème Panzerarmee, le SS Oberstgruppenfuhrer Sepp DIETRICH .

Dans la nuit du 27 au 28 août 1944, décolle de Fairford en Angleterre un « Stirling » avec à son bord six commandos SAS Franco-Belges, le lieutenant Kirschen, les soldats Flips, Pietquin, Moyse et Bouillon, ainsi que le lieutenant Franck, natif de l'Oise où doit se dérouler la mission. La mission est simple : A partir de la ferme de « La Folie » à BAILLEUL LE SOC, renseigner sur la position des batteries anti-aériennes allemandes et les mouvements de troupe vers la Somme.

Cependant, à la suite d'un orage, les parachutistes sont largués à 10 kms de leur point de rendez vous. Prés de St JUST EN CHAUSSEE, la chute est rude, 4 sont blessés et 24 containers sont perdus. Ils s'abritent dans un bosquet avant de prendre contact avec la résistance locale qui a déjà récupéré une grosse partie des containers. Les blessés sont soignés par le docteur Edmond CAILLARD, médecin à St JUST, figure de la résistance locale.

La veille, à St JUST, le docteur CAILLARD avait remarqué la présence d'un commandant Allemand qui réglait la circulation, une carte à la main. Profitant que ce dernier avait posé sa carte sur une table de café pour se désaltérer, il l'avait recopiée sur une feuille de papier.

Désormais, abrités dans les caves de la ferme de « La Folie », les SAS transmettent les informations récupérées par le docteur . Cependant, ils sont repérés et une attaque allemande met fin à la transmission et un furieux combat s'engage. Ils parviennent à s'échapper, laissant un blessé dans les caves de la ferme. Les SS incendient la ferme mais bien abrité le blessé s'en sort miraculeusement. Il sera récupéré et soigné le lendemain par un confrère du docteur CAILLARD. Les SAS ont passé la nuit dissimulés dans les bosquets et, le danger passé, reprenne la transmission. Ce message de 125 mots s'avère de première importance.

Le lendemain, 31 août, la ville de St JUST EN CHAUSSEE est libérée par les armées alliées. Le commando SAS, au complet, rejoindra Londres le 3 septembre. L'opération BENSON prend fin.

Le docteur CAILLARD, au cours du conflit, est venu en aide à 87 aviateurs alliés, principalement des Américains. Décédé en 1991, une rue et une stèle portent son nom. Il était  Officier de la Légion  d'honneur, titulaire de la médaille de la résistance, croix de guerre 39/45, croix du combattant volontaire de la résistance, Medal of Freedom avec palme de bronze (USA) et  King's Medal for Courage in the Cause of Freedom (Angleterre).

Il existe de nombreux faits  d'armes peu connus, comme celui-ci,  où des volontaires ont joué un rôle de premier plan facilitant ainsi la victoire des armées alliées.
avatar
DESBIENDRAS

Messages : 76
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 58
Localisation : HARDIVILLERS 60120

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum