SOCIETE DES VOLONTAIRES

GUERRE D'ALG2RIE / SITUATION EN 1961

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

GUERRE D'ALG2RIE / SITUATION EN 1961

Message par william durand le Ven 25 Nov - 15:30

GUERRE D’ALGÉRIE
SITUATION EN 1961


En janvier 1961 , l'armée française délaisse les grandes opérations pour le maintien de l'ordre dans les villes.
L'activité militaire se réduit après le referendum malgré quelques accrochages en Grande Kabylie ,en Oranie et à des opérations sur renseignement à Perrégaux,Orléansville et Bone.
322 rebelles sont mis hors de combat ,230 armes dont2 collectives sont saisies ,mais l'adversaire a à son actif plusieurs embuscades meurtrières , l'enlèvement de plusieurs postes et groupes d'auto défense.
Le 14 février le général CREPIN quitte l'Algérie ,il est remplacé par le général GAMBIEZ ,la reprise de l'activité opérationnelle est spectaculaire.
Les forces de l'ordre s'emparent de 1500 armes dont 641 de guerre et 38 collectives dans les secteurs d'Imandène ,Bou-Saada et Ténès.
La deuxième semaine de février voit 506 rebelles hors de combat ,330 armes saisies dont 1 mitrailleuse et 1FM dans le Constantinois ,l(Aurès ,le Hodna ,l'Edough et la Grande Kabylie.
Le bilan de la troisième semaine est plus éloquent avec 730 rebelles hors de combat et 400 armes récupérées dont 4 collectives dans le sud Constantinois ,le Hodna ,l'Aurès et le djebel Amour.
Dans la région de Beni-Smir des unités d'Ain-Sefra ,les 2° REI et 5° RI surprennent dans leur retraite vers le Maroc des éléments rebelles dont 96 seront tués et les 49 autres se rendront aux militaires.
En mars le bilan est inférieur ,1313 armes saisies dont 669 de guerre et 12 collectives.Les principales opérations ont lieu forêt de Guerrouch ,à Djidjelli , El Milia.
Dans la nuit du 3 au 4 mars ,un commando de 150 rebelles franchit la ligne électrifiée près de Tiskert mais tombe dans une embuscade ,37 HLL hors de combat ,28 armes saisies ,la nuit suivante dans les monts de Tlemcen ,40 fellaghas sont arrêtés au barrage.
Région de frenda la capture d'un chef rebelle permet l'arrestation de ses complices et la découverte de caches.
Au mois d'avril 1518 armes sont récupérées dont 33 collectives.A trois reprises les rebelles tentent de franchir le barrage ouest ,repoussé une première fois ,les bandes sont dispersées et détruites les deux autres tentatives.
Dans la nuit du 29 au 30 mai , dans les monts de Tlemcen ,deux sections franchissent le barrage ,interceptées le jour suivant ,elles sont détruites.
Pour ce mois le bilan est de 1200 rebelles hors de combat et 928 armes saisies dont 440 de guerre.
Le FLN se montre plus agressif ,les pertes françaises ^par terrorisme deviennent sensibles ,nous perdons 231 armes (dont 198 par désertion) pour 212 récupérées.
L'annonce du départ de la 11° DLI pour la France et d'unités pour Bizerte (2° et 3° RPIMa ,3° REI ,8° RH) et le renvoi de 12500 hommes pour le 1er septembre produisent un effet fâcheux au mauvais moment.
Les 1er et 5 juillet ,des manifestations organisées par le FLN à Alger puis dans plusieurs villes de l'algérois et à Constantine donnent lieu à des heurts sanglants.En aout des scènes d'émeute se déroulent à Bone et à Oran.
En septembre après la relève dela 7° division et le remaniement du dispositif l'activité opérationnelle reprend sur l'ensemble du territoire.
Dans l'Aurès ,l'Ouarsenis ,le Dahra ,les Ksour et Boukahildes opérations sur renseignements sont montées.Les actions de nettoyage permettent de récupérer 1 canon de 57SR ,1LRAC ,1FM et des fusils.
Aux frontières ,la pression rebelle reste faible avec deux tentatives de franchissement à l'est alors que 4 hommes passaient à l'ouest.En ville le FLN intensifie son action par des manifestations de masse.
L'équilibre militaire est très fragile et dépend de l'évolution d ela situation politique.

1962 ET L’OPÉRATION CIGOGNE

En janvier dans un lourd climat de tension ,les forces de l'ordre tentent d’empêcher des heurts sanglants.
Malgré le retrait de deux divisions ,les opérations continuent bien que limitées à des réductions de grottes ,poursuites après embuscades.
En février ,l'activité est de plus en plus réduite ;protection des installations ,recherche de déserteurs ou d'auteurs d'embuscades.
Conformément au plan CIGOGNE ,un grand nombre d'unités ont été repliées et le dispositif doit être réorganisé.
Les attentats se déchainent jusqu'au cessez le feu du 19 mars.L'ALN déclenche une puissante attaque sur le barrage est avec riposte vigoureuse de l'artillerie et de l'aviation qui réduisent au silence les canons de 85 et mortiers de 122mm.
L'exode vers la métropole s'accélère avec le concours de l'armée ,116 000 passagers sont transportés par l'aviation.
Après le 1er juillet ,les troupes se retirent des barrages' et se maintiennent sur les axes de communication avec le Sahara.
Au 31 juillet il ne reste plus en Algérie que 300 000 européens
L'armée française se retire de l'Algérie.
Source HISTORIA La guerre d'Algérie
william

william durand

Messages : 2002
Date d'inscription : 18/03/2012
Age : 74
Localisation : TREBES AUDE

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum